édito Val de Nouère n°1

Madame, Monsieur,

Pour être au plus près de vous, nous vous adressons cette newsletter qui vous permet d’obtenir régulièrement des informations sur les dossiers en cours sur votre canton ainsi qu’un zoom sur des projets innovants de notre territoire. Nous retracerons aussi l’état d’avancement des grands projets départementaux.

Nous restons à votre écoute lors des permanences que nous organisons tous les mois dans les mairies de notre canton.

Vous souhaitant bonne lecture,

Bien à vous,

Marie Henriette BEAUGENDRE & François BONNEAU

Le Département au secours de l’EESI !

Dans le vaste espace international de la formation à l’image, l’Ecole Européenne Supérieure de l’Image (EESI) jouit d’un statut incontestable, qui justifiait que le département se mobilise pour répondre à des difficultés immobilières majeures, apparues en pleine année universitaire 2015-2016 !

L’EESI est historiquement la première pierre de fondation du Pôle Image, qui a facilité la création et le développement d’autres écoles et d’entreprises du secteur très vaste de l’image. Seule école supérieure d’art en France à proposer une spécialisation Bande Dessinée, elle brille bien au-delà des frontières métropolitaines.

Sur 39 étudiants étrangers, 20 nationalités différentes sont représentées. 22 accords bilatéraux d’échanges avec des pays d’Europe et 6 accords extra-européens constituent aujourd’hui le réseau estudiantin de cette école.

 

L’EESI, ce sont aussi des intervenants de renom international depuis trente ans : Alberto Breccia, José Muñoz, Moebius, Daniel Goossens, Richard McGuire, Manuel Fiore, Lewis Trondheim, Florent Ruppert. On citera, dans un présent immédiat, Ben Katchor (USA), Paul Cox (France), Stefano Ricci (Italie), Sergio Garcia (Espagne), Paul Karasik (USA), Amruta Patil (Inde), Matt Madden (USA).

 

Ce sont encore DES CHERCHEURS ET DES SPECIALISTES AU PLUS HAUT NIVEAU :Thierry Groensteen, Harry Morgan, Matteo Stefanelli, Benoît Berthou, Laurent Gerbier, Renaud Chavanne, Thierry Smolderen, Philippe Marion,

 

Ce sont enfin plus de 120 ex-étudiants toujours installés sur Angoulême en famille et qui y développent une activité professionnelle. 80 % d’entre eux œuvrent directement dans des activités en lien avec le pôle image. Et 15 maisons d’édition du territoire sont portées par des anciens de l’Ecole.

Et une myriade d’auteurs accueillis par les plus grands éditeurs:

Delcourt : Cécile Chicault, Aude Soleilhac, Johanna Schipper, Fabrice Parme, Mazan, Claire Wendling, Nathalie Ferlut, Jean-Luc Loyer, Tiburce Oger, Turf, Alain Ayroles, Bruno Maïonara, Jean-Luc Masbou, Marc-Antoine Boidin, Julie Maubras…
Glénat : Hubert Chevillard, Baron Brumaire, David Prudhomme, Thibaud de Rochebrune, Eric Derian, Natacha Sicaud, Lucie Albon, Laureline Lattiussi…
Dargaud : Boëm, Alexandre Clérisse, Fabrice Parme, Dominique Bertail, Joël Parnotte, Patrick Pion, Anne Simon…
Dupuis et Casterman : Vincent Perriot, Olivier Grojnowski(O’Groj), Nicolas de Crécy, Christophe Bec, Sylvain Chomet…
Futuropolis : Sylvain Chomet, Gabrielle Piquet, Nicolas de Crécy, Johanna Schipper, Troub’s, David Prudhomme, Aude Samama…
Humanoïdes Associés : Marc Riou, Lionel Chouin, Claire Wendling, Philippe Riche, Tanitoc, Nicolas de Crécy, Christophe Bec…
Soleil : Jim ou Téhy, Claire Wendling, Jean-Philippe Bramanti, Nicolat Guénet, Éric Hübsch, Christophe Bec, Joël Parnotte, Nicolas Nemiri, Afif Khaled…
Vents d’Ouest : Téhy, Tiburce Oger, Benoit Springer, Jean-Emmanuel Vermot-Desroches…
Seuil : Jirô, Aude Samama, Clément Baloup, Nicolas de Crécy…
Nathan : Cecile Chicault, Benjamin Bachelier, Peggy Adam, Tanitoc, Alban Marilleau …
Flammarion : Fabrice Parme, Jean-Benoit Durand, Natacha Sicaud, Pierre Beaucousin…)
Plus prosaïquement, l’EESI c’est aussi un apport économique direct non négligeable. Pour la seule ville d’Angoulême, la consommation des étudiants et des agents est estimée – sur la base de critères statistiques nationaux – à plus de 3 millions d’euros par an.

Pour toutes ces raisons, l’Ecole n’est pas une institution comme les autres en Charente. Or, elle a dû, du jour au lendemain, fermer de vastes espaces d’étude pour des raisons de sécurité, à force de dégradation progressive des immeubles dont elle est locataire et qui appartiennent à la ville d’Angoulême.

 

Face à cette situation, le Département a mis à disposition un vaste espace du Centre Universitaire de la Charente, situé rue de Montauzier qui a apporté une solution déterminante au problème posé, outre les espaces d’études et d’exposition mis à la disposition par la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image.

 

Et dans un proche avenir, le Département s‘est engagé à apporter des solutions plus durables et structurantes à l’accueil des activités de l’Ecole…

 

Le Centre commercial, cœur vivant de la Grande Garenne

Pendant la campagne départementale, la promesse avait été faite. Elle a été tenue…

Après des drames et des années d’abandon du quartier ouest, le centre commercial de la Grande-Garenne dispose désormais des piliers qui lui manquaient pour assurer le redémarrage de cet espace construit il y a plus de 8 ans.

C’est d’abord le retour d’un supermarché parfaitement reconfiguré, dont le personnel issu du quartier et les cadres attentifs et à l’écoute de la clientèle vont permettre à chaque habitant de ce côté ouest d’Angoulême de retrouver des habitudes de consommation, de proximité et de qualité. C’est une chance précieuse pour les commerçants déjà installés, reconnus pour leur gentillesse et leur professionnalisme. Et c’est un atout pour la qualité de vie et l’animation de ce quartier étendu et cosmopolite.

C’est ensuite l’ouverture à quelques pas de là d’une antenne de la police nationale. Cette présence visible n’a pas vocation à menacer qui que ce soit mais à protéger chacune et chacun, en permettant d’assurer la liberté des allées et venues des habitants et des consommateurs du secteur.

Ajoutées à cela l’édification d’un nouveau centre social et les installations d’amélioration de la qualité de la vie collective par le bailleur social local, l’OPH de l’Angoumois, les outils d’un renouveau du quartier sont entre les mains des habitants. Et le Conseil Départemental envisage d’aller plus loin, ici et là. Mais nous en parlerons, une autre fois…

Renaissance d’une auto-école et d’un garage associatifs à Angoulême-ouest

 

Après l’incertitude et le travail, la joie et la fierté de permettre demain à de nombreux Angoumoisins de bouger vers l’emploi…

Après avoir alerté et mobilisé les bons interlocuteurs, dans la perspective prévisible d’une fermeture de Loisirs Formations Mobilité (LFM), et après des mois de travail collectif, le Conseil Départemental aura été la pierre angulaire de la création d’une nouvelle école de conduite associative et du maintien du garage associatif dans l’ouest d’Angoulême. Bilan social pour les salariés comme pour les 67 bénéficiaires d’LFM : 100% gagnant.

LFM bénéficiait de 3 lignes budgétaires départementales, visant 3 actions : le garage associatif, l’auto-école associative et la gestion du Fonds d’aide aux jeunes.

Concernant le Fonds d’aide aux jeunes (FAJ), l’association était gestionnaire de ce fonds sur le territoire de l’Angoumois et versait des allocations à des jeunes. Cette activité a été transférée dès le début de l’année 2016 au Centre Information Jeunesse (CIJ).

Concernant les crédits d’insertion, l’association bénéficiait de 2 subventions annuelles affectées pour le garage associatif et l’auto-école, qui représentait un total annuel de 23.000 €, outre le FSE strictement orienté vers l’auto-école.

En fin d’année dernière, nous avons décidé de suspendre temporairement ce versement pour nous assurer de l’utilisation effective des fonds publics, tout en prenant l’engagement de la poursuite de ce service, quelle que soit l’issue des difficultés rencontrées par LFM, et du maintien en activité des professionnels reconnus pour la qualité de leur travail.

Nous avons accompagné AISDEMPLOI vers la reprise de l’activité d’auto-école sociale et l’ARU vers celle du garage associatif. Et nous sommes aujourd’hui avec nos deux partenaires en ordre de marche, prêts à leur fournir notre soutien, dans le cadre de notre projet plus global d’une plateforme mobilité départementale, dont ils constituent ainsi la première phase pour tout ou partie de l’agglomération du GrandAngoulême.

 

présentation de la News letter canton Angoulême 1

Chers amis,

Depuis plus d’un an, nous consacrons toute notre énergie, avec enthousiasme et acharnement, à remplir la mission que vous nous avez confiée.

Elus en binôme, nous travaillons en binôme :

  • nous représentons les intérêts du canton Angoulême 1 au Conseil Départemental,
  • nous nous battons pour une urgente obligation : l’insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA.

En une année, nous sommes parvenus à changer le cap de l’insertion en Charente : pour plus de mobilité, tellement nécessaire à la recherche d’un emploi ou d’une formation ; pour une meilleure maîtrise des outils numériques, indispensable en toute chose ; pour mieux communiquer avec le monde de l’entreprise et de l’économie sociale et solidaire ; pour mieux accompagner les structures d’insertion par l’activité économique, attribuer des aides personnelles liées à des projets de retour à l’emploi, aider plus spécifiquement les jeunes à entrer dans la vie active, etc.

Ces choix nombreux, cohérents et structurants, nous en assumons la responsabilité, partagée avec la nouvelle majorité départementale. Vient maintenant le temps de la mise en œuvre effective.

Et nous restons à votre service et à votre disposition, en vous proposant de nous joindre et de nous rejoindre simplement et directement, sur notre site internet permanent : bel-cazenave.org.

Vous pouvez compter sur nous.

Agnès BEL & Samuel CAZENAVE

Rouillac : un giratoire pour desservir le centre ville

rouillac-giratoire

Le carrefour de la RD 939 et de la RD 736 situé au Nord du Bourg de Rouillac permet de desservir d’un côté le centre ville de Rouillac et de l’autre côté les équipements sportifs, le collège, piscine et gendarmerie situés sur la route d’Aigre.
Les feus tricolores ont été supprimés et laissent place à un giratoire qui permet de faciliter et de sécuriser les flux de véhicules tout en limitant la vitesse.
Les travaux d’aménagement ont eu lieu au printemps dernier.

RN 141 : l’aménagement en 2×2 voies entre La Vigerie et Villesèche

vigerie

Les travaux d’aménagements en 2 X 2 voies de la portion Villesèche – La Vigerie à L’Ouest d’Angoulême débutent dès le second semestre 2016.
Ils sont le fruit de la contractualisation entre l’Etat, la Région, le Grand-Angoulême, la Communauté de communes de Grand Cognac et le Département.
D’un montant total de 40M€, le Département y investit 21M€.
La mise en service de ce tronçon est prévue pour mi 2019.

Le THD, vecteur de développement local

THD

Le Département a résolument engagé en 2016 l’amélioration de l’accès aux infrastructures de communications électroniques.
Après avoir élaboré le Schéma directeur territorial d’aménagement numérique (SDTAN), document opérationnel de long terme qui permet d’établir les scénarios progressifs de déploiement de la fibre optique et des technologies alternatives, le Conseil départemental a donc décidé de fibrer 28 000 foyers en complément de diverses solutions technologiques. 45 % des foyers charentais, hors agglomérations, verraient ainsi leurs débits Internet augmenter et 90 % auraient accès à des débits supérieurs à 4 Mbits/s.

Le programme d’aménagement numérique très haut débit qui sera mis en œuvre devra également assurer des priorités visant à lutter contre la fracture numérique et garantir la compétitivité des entreprises implantées en Charente. Pour ce faire, dès son arrivée, la nouvelle majorité a adopté une décision importante qui double l’effort financier initialement envisagé (de 13 à 26 millions d’euros) .

Cette nouvelle ambition sera conduite aux côtés des EPCI qui participeront à hauteur de 75 millions d’euros hors taxes. Le Département travaille en collaboration avec le Syndicat départemental d’électricité et de gaz de la Charente (SDEG) afin que ce dernier puisse assurer la maîtrise d’ouvrage.

Téléphonie mobile : vers la résorption des zones blanches

La nouvelle majorité travaille actuellement en partenariat avec les opérateurs privés pour contribuer à l’amélioration de la couverture de téléphonie mobile et afin de résorber les zones de carences (zones blanches).

Des crédits seront également consacrés aux études de couverture téléphonie mobile ainsi qu’à l’entretien des 10 pylônes 2G et 3G propriétés du Département. Notre objectif est ici de disposer d’éléments objectifs et incontestables pour présenter à l’ARCEP un autre constat que celui des mesures homologuées et engager ensuite des négociations avec les opérat

  • 1
  • 2